D’après Spoutnik de Jean-Marie Piemme. Adaptation et réalisation de Philippe Jeusette et Virginie Thirion

« J’habitais une petite maison sans grâce, j’aimais le boudin »

Théâtre Varia

mardi 13 mars 2018, 20h30

Théâtre de Haguenau

A partir de 15 ans
Durée : 1h20

http://varia.be/jhabitais-une-petite-maison-sans-grace-jaimais-le-boudin-3/

Avec : Philippe Jeusette, Eric Ronsse, Claire Bodson / composition musicale : Eric Ronsse / Scénographie : Sarah de Battice avec l’aide de Philippine Boyard / Construction : Laurent Notte, Philippine Boyard, Margaud Carpentiers / Costumes : Elise de Battice / Réalisation des images : Bob Jeusette, Tawfik Matine / Création et Régie Lumière : Eric Vanden Dunghen / Assistanat : Tawfik Matine / Adapatation et Réalisation : Philippe Jeusette, Virginie Thirion

Spoutnik est le seul récit autobiographique que Jean-Marie Piemme ait écrit. Il y retrace son enfance jusqu’à sa vie de jeune adulte, en même temps qu’il revient sur les traces de l’usine, de Seraing et de cette Wallonie profonde qui l’ont vu naître et grandir dans la deuxième moitié du 20e siècle. De ce récit de tendresse teinté de pragmatisme, Virginie Thirion et Philippe Jeusette créent une adaptation théâtrale rebaptisée du titre évocateur J’habitais une petite maison sans grâce, j’aimais le boudin. La maison, l’usine, l’école, la filiation et le rapport au père comme lien entre tout, deviennent une nouvelle matière pour raconter l’émancipation d’un homme au regard de l’évolution et de la transformation de son histoire ouvrière et familiale.
L’homme sur scène convoque-t-il les fantômes de son passé, ou bien est-il simplement hanté par eux ? En tout cas, il remonte le cours de son histoire, de sa naissance à la perte de ses parents, de son enfance à son premier salaire. La maison sans grâce, le boudin, la mère à ses fourneaux, la cuisine, le père rentrant de l’usine, les oncles, les tantes, les Saint-Nicolas, l’école … Tout ce qu’il raconte est-il vrai ou faux ? Qu’importe. A travers ses propos, les odeurs, les images et les bruits, c’est l’évocation d’une jeunesse au « pays de l’usine » qui s’esquisse et c’est l’histoire d’un homme d’aujourd’hui qui se dessine. Les émotions et les souvenirs surgissent comme les signes toujours vivants d’un héritage aussi bien inné qu’acquis.


Dites quelque chose à propos de ce spectacle

2013-2017 Relais Culturel de Haguenau | Facebook | Twitter | RSS | Pro | Contact | Recherche | Mentions légales

Logo de la ville de Haguenau